Top Chef 2015 : Rencontre avec Olivier Streiff

A l’occasion de la sortie de la nouvelle récolte d’huile d’olive Oliviers & Co, nous avons pu rencontrer le demi-finaliste de Top Chef 2015, Olivier Streiff. Attention, révélations en vue !

 

Comme chaque année, la marque haut-de-gamme Oliviers & Co sort ses nouvelles récoltes d’huiles d’olives ainsi que de nouveaux produits. Pour cette occasion, ils ont demandé au chef Olivier Streiff, le cuisinier poète au look gothique de Top Chef, de créer un ketchup. Résultat ? Une sauce ultra gouteuse et très aromatique, avec un goût de tomate intense. Pari réussi !

 

Boutique Oliviers & Co  ©TendanceFood.com

Boutique Oliviers & Co

 

Huile d'olive Oliviers&Co

Huile d’olive Oliviers & Co

Mais qui est vraiment Olivier ? Contrairement à son look atypique et dark, le grand public a pu découvrir quelqu’un de posé et d’attachant, à la cuisine colorée, originale et souvent étonnante, doté d’une technicité à toute épreuve. La bonne combinaison pour devenir le Top Chef 2015 ?

 

Quel a été votre parcours jusqu’à maintenant ?

Olivier Streiff : J’ai un parcours assez classique. J’ai commencé à 14 ans dans ma Moselle natale. Je suis venu assez rapidement sur la Côte d’Azur où j’ai travaillé dans de gros établissements comme La Chèvre d’Or (Eze Village), puis au Grand Hôtel à Saint-Jean-Cap-Ferrat où j’ai passé trois ans avec un Meilleur Ouvrier de France.
A 26 ans, j’ai eu ma première place de chef au Vista Palace à Roquebrune-Cap-Martin. Puis il y a quatre ans, j’ai eu l’occasion d’ouvrir mon restaurant (La Raison Gourmande), et maintenant je suis parti dans un concours de télévision.

 

Diriez-vous que votre cuisine est devenue plus méditerranéenne ?

Complètement. Je suis Mosellan mais je suis descendu sur la Côte d’Azur quand j’avais 18 ans, je me suis dit que c’était ici que je voulais être ! Pas spécialement pour le soleil ou la mer, mais pour la lumière et la matière à transformer. J’aime beaucoup ma région mais les produits me parlaient beaucoup moins que ceux du bassin méditerranéen.

 

« Je suis devenu très ami avec Kevin et Xavier »

 

Quel(s) rôle(s) vos racines culinaires ont-elles dans votre cuisine aujourd’hui ?

Ces racines culinaires font partie de ma genèse, de ce que j’ai goûté lorsque j’étais enfant. J’ai l’habitude des légumes et j’adore les travailler, ça me donne l’impression d’être dans le jardin que mon père tenait. Il faut respecter le légume, le préserver en le gardant cru avec juste ce qu’il faut d’assaisonnement. Quand on a des produits de qualité, pas besoin d’en faire trop !

 

Eric Verdier (directeur qualité et création chez Oliviers & Co) et le chef Olivier Streiff  ©TendanceFood.com

Eric Verdier (directeur qualité et création chez Oliviers & Co) et le chef Olivier Streiff

 

Vous êtes en demi-finale de Top Chef, pouvez-vous nous dire ce qu’il va se passer ?

Après l’émission de lundi (diffusée le 30 mars 2015), on sait que je suis sur le podium, et c’est déjà une satisfaction pour moi ! Je ne peux rien dire d’autre mais quoi qu’il arrive, je suis devenu très ami avec Kevin et Xavier, donc que le meilleur gagne !

 

« Aujourd’hui, les chefs sont plus psychologues »

 

Comment cela s’est passé entre les candidats ?

Cela s’est très bien passé, vraiment. J’ai découvert le montage et les émissions en même temps que tout le monde. Évidemment, je savais ce qu’il se passait mais j’appréhendais le rendu à la télévision, car c’est toujours différent. Finalement, les caractères sont ressortis très justement.

Quand la production est venue me chercher,  je ne connaissais l’émission que de nom, je ne l’avais jamais regardé. Ils m’ont rassuré sur leur volonté de mettre la cuisine en avant. D’ailleurs, les quinze candidats n’étaient pas là pour passer à la TV, mais pour faire un concours de cuisine. Nous nous sommes tous très bien entendus, et nous étions solidaires les uns des autres.

 

Comment avez-vous trouvé le jury ?

Je ne connaissais pas le jury des années précédentes, mais celui de cette année est top. C’était génial de bosser avec Michel Sarran. On a envie de rigoler avec lui ! Et en même temps,  il est très pro, très carré. Ce qui prouve bien qu’on peut exister aujourd’hui sans avoir à hurler dans tous les sens.
Mais chacun son caractère, j’ai connu des gens qui avaient besoin qu’on les pousse un peu sinon ils n’avançaient pas. Aujourd’hui, les chefs sont plus psychologues, ils doivent cerner la personne et ce dont elle a besoin pour se dépasser. J’ai trouvé que le jury était à la hauteur de tout cela.

 

« Je ne suis pas compétiteur »

 

Êtes-vous un habitué des concours culinaires ?

Non pas du tout ! J’en ai fait lorsque j’étais apprenti, mais je ne suis pas compétiteur. Je prends chaque épreuve comme si je devais cuisiner pour des convives avertis.

 

Quels sont vos projets ou vos envies aujourd’hui ?

En ce moment, je fais beaucoup de consulting et quelques évènements, mais l’envie de cuisiner me manque de plus en plus. Donc pourquoi pas reprendre un poste de chef en restaurant, mais seul l’avenir nous le dira ! En tout cas, je me rapproche de Paris, tout doucement.

 

Propos recueillis le 31 mars 2015 à Paris.

1 commentaire sur “Top Chef 2015 : Rencontre avec Olivier Streiff”
  • Je suis dégoûtée que L’Olivier ce bel arbre de la cuisine , soit éliminé au bénéfice de rien. Mais je suis sûre que toi, Olivier, ta cuisine va intéréresser quelques personnes qui te mériteront. Je te trouve remarquablement doué, artiste, méticuleux , patient, élégant, hyper professionnel, courtois et charmant et poli et que ton look on s »en fou. Moi personnellement j’adore? mais le look on s’en fou . Ce qui compte c’est la qualité humaine de la personne. Bonne chance à toi , je ne regarderais plus cette émission. Tu méritais de gagner mais le plus beau pour toi reste à venir. bises

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.